jeudi 4 janvier 2018

Envie...

C'est terrible quand l'envie nous prend ! Ce midi, justement, j'avais envie de déguster un œuf au plat comme celui-ci mais... nos envies ne sont pas toujours satisfaites comme on voudrait. Alors, ça sera pour la prochaine fois, je l'espère.
Vous ne le savez sûrement pas, je suis gourmand de...


Crédits

André Derain - La décennie radicale (1904 - 1914) : Exposition au Centre Pompidou

André Derain - La décennie radicale (1904-1914): Exposition au Centre Pompidou jusqu'au 29 janvier 2018...
Le Centre Pompidou présente André Derain - La décennie radicale (1904 - 1914), un nouveau regard porté sur l’œuvre de cet artiste majeur du XXe siècle, avec pour ambition de retracer les étapes du parcours de l’artiste avant-guerre, moment où le peintre participe aux mouvements d’avant-garde les plus radicaux. Quelques ensembles exceptionnels sont réunis pour l’exposition : la production estivale de 1905 à Collioure, la série des vues de Londres et les très grandes compositions autour des thèmes de la danse et des baigneuses.

Crédits © Adagp /MAMVP, legs Girardin 1953 - André Derain, Trois personnages assis dans l’herbe, 1906

L’art d’André Derain n’a pas donné lieu à de grandes monographies depuis la rétrospective que le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris a consacré à son œuvre en 1994, soit depuis plus de vingt ans. Ce peintre français a joué un rôle moteur et intellectuel dans l’éclosion des deux grandes avant-gardes du début du XXe siècle, le fauvisme et le cubisme. Il engage en solitaire un retour précoce au réalisme, annonçant tous les mouvements figuratifs de réalisme magique, depuis l’Ingrisme de Picasso, la peinture métaphysique de De Chirico ou la Nouvelle Objectivité allemande.

L’œuvre d’avant-guerre de Derain, d’une très grande inventivité et audace, est fascinante. Proche de Maurice de Vlaminck et d’Henri Matisse, puis de Georges Braque et de Pablo Picasso, André Derain se confronte avec force au fauvisme et au cubisme et développe jusqu’à la Première Guerre mondiale une œuvre puissante. Multipliant les expérimentations plastiques, il aborde la peinture, le dessin, la xylographie, la sculpture, la céramique, le cinéma, et pratique jusqu’à la fin de sa vie, en parallèle de sa peinture, la photographie…

La conception de cette exposition s’appuie sur une exploration des archives inédites de Derain - ses photographies, sa collection d’estampes et de reproductions d’œuvres d’art, ses écrits et sa correspondance - et éclaire de manière sensible et inédite une sélection de ses œuvres les plus emblématiques, par des contrepoints visuels forts : les photographies prises par André Derain, ses références artistiques atypiques telles que les gravures d’Epinal, les objets maoris copiés au British Museum en 1906 ou les sculptures africaines de sa collection.

mercredi 3 janvier 2018

James Arthur - Say You Won't Let Go

Lecture du moment : L' oeil du léopard de Henning Mankell

Années 1950. Dans une bourgade du Norrland, Hans Olofson, adolescent élevé par un père rustre et alcoolique, perd ses deux seuls vrais amis. Bouleversé, Hans décide de réaliser le rêve de l'un d'eux : aller en Zambie, sur les traces d'un missionnaire suédois.

1969. L'Afrique le fascine et l'effraie. Dans la jeune république indépendante de Zambie en proie à la violence, Hans rencontre des colonisateurs emprisonnés dans leur racisme, et des Noirs obéissants qui cultivent la haine des Blancs. Hans accepte d'aider une Anglaise à diriger sa ferme de production d'œufs, puis reprend l'exploitation à son compte. Espérant ainsi échapper à l'engrenage de la violence raciale, il tente alors de mettre en application ses idéaux de justice sociale et humaine.


L'Œil du léopard, publié en 1990 en Suède, s'ajoute à la liste des romans sur l'Afrique (tels Comédia infantil, Le Fils du vent et Le Cerveau de Kennedy) de cet écrivain engagé qu'est Henning Mankell, qui partage sa vie entre la Suède et le Mozambique.

mardi 2 janvier 2018

Mes voeux pour 2018...

Je vous adresse tous mes vœux pour une belle année 2018. Mais indépendamment des classiques vœux de bonheur, santé, amour et prospérité, je vous souhaite surtout une année remplie de rire, c’est vital.

Crédits

On peut s’indigner partout dans la vie, hurler son désarroi, regretter d'avoir perdu du temps par manque de décision au moment opportun, trouver le temps beaucoup trop long pour réaliser ses souhaits, pousser des cris de colère et même de révolte, débattre sans fin, mais n’oublions jamais de rire.

L’humour sera toujours bienvenu en ce monde et je ferai tout mon possible pour qu’il garde sa place dans ma vie. Par ailleurs, je fais confiance à mes amis pour continuer à me faire rire. Comme le disait fort justement Alphonse Allais, « Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux », alors rions !

lundi 18 décembre 2017

Lecture du moment : Le bonheur sans illusions de Malene Rydahl

Je viens de finir de lire le livre "Le bonheur sans illusions" de Malene Rydahl.
Beauté. Argent. Pouvoir. Célébrité. Sexe.
Où ces rêves sont-ils en train de conduire le monde ? Les réaliser peut-il suffire à notre bonheur ?



Malene Rydahl mène l’enquête pour nous, basée sur ses nombreuses années de recherches sur le bonheur, pour aller voir de plus près ces cinq obsessions. Pour savoir si elles permettent oui ou non de nous rendre heureux. Pour faire la part des choses entre illusion et réalité. Pour comprendre si « la vie rêvée des autres » est bien celle qu’on imagine. En un mot, pour en tirer le meilleur et en éviter le pire.

Il semble utile voire urgent dans le contexte actuel de poser la question. Plus de 50 % des jeunes entre 14-18 ans ont comme premier rêve d’être célèbre, sans autre motivation que la célébrité, 61 % des Français affirment « manquer d’argent pour être tout à fait heureux ». La soif de pouvoir pousse les gens dans une course infernale au « succès » sans même en comprendre le sens, mais en mettant en péril leur santé à la fois mentale et physique. Seulement 2 % des femmes se sentent belles et chaque année, les chirurgiens plasticiens « retouchent » des dizaines de millions de personnes. Quant au sexe, il est souvent cité comme l’une des premières sources de « bonheur », mais plus de 60 % des jeunes font leur éducation sur les sites pornographiques avec une dissociation totale entre sentiments et sexe.

Dans ce nouveau livre passionnant, l’auteur, spécialiste en bonheur, s’appuie sur les dernières études et références académiques internationales mais aussi sur les expériences de ses observations personnelles depuis plus de 20 ans. Elles pourront, aider ceux qui le souhaitent à profiter au mieux des jolis moments que la vie nous offre et à affronter les instants difficiles. Pour apprécier la vie dans toute sa beauté et sa complexité sans se perdre dans les illusions du bonheur.

Ed Sheeran (avec Beyoncé) - Perfect

Chagrin d'amour...

J'ouvre aujourd’hui, lundi 18 décembre 2017, un petit journal de lecture que je tiendrai jusqu'à fin décembre pour reproduire mes lectures.
Je confie à ce blog cette lecture intéressante et dans son jus venant du blog de mon psy Christophe André.

« À la fin de l’été dernier, sur les quais de gare, j'ai vu plusieurs fois de petits amoureux qui s’embrassaient et se parlaient avant que l’un des deux, habitant visiblement dans un autre coin de France, ne reprenne le train. Je me demandais ce que deviendraient ces liaisons de vacances, et combien de chagrins d'amour ils engendreraient.

Chagrin ? On ne devrait pas parler de « chagrin » d’amour : c’est un vocable pour ceux qui n’en souffrent pas. Pour les personnes qui le subissent, ça n’a rien d’un petit chagrin, c’est plutôt une grande détresse et une tristesse intense, une sorte d‘état dépressif transitoire mais profond. A la mesure du bonheur vécu : l’amour va tout intensifier dans notre vie, et la rupture à l’inverse va tout désertifier, plus rien n’aura de sens ni d’importance. Comme dans le vers célèbre de Lamartine : « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ».

Crédits

Et la douleur de la rupture est telle que, parfois, on fait n’importe quoi, on veut en finir avec la vie ou, au lieu de se remettre à vivre, on se fige dans l’espoir d’un retour de l’être aimé…

Mais un autre aspect passionnant de la rupture amoureuse, c’est le point de vue et l’attitude de celle ou celui qui la provoque, et qui cause le chagrin. Parfois, c’est une attitude de sagouin, égoïste, brutale. Mais assez souvent, la personne qui part voudrait ne pas faire de peine, souhaiterait ne pas trop faire souffrir, et se demande s’il est possible de plaquer quelqu’un gentiment ?

Ce n’est pas seulement parce que les larmes ou les reproches de l’ex sont pénibles, c’est aussi parce qu’on l’a aimé, vraiment aimé. Mais que l’amour ne suffit pas, comme le savent les thérapeutes de couple. L’amour est une condition nécessaire mais pas suffisante, comme on dit en maths. Il faut bien d’autres choses en plus pour qu’un couple dure. Alors, comme la personne qui part se souvient de cet amour, elle rêverait de ne pas faire trop de mal.

Mais c’est mission impossible : même en s’efforçant d’être un « abandonneur gentil », dans une rupture, on ne peut que faire souffrir. L’honnêteté et la bienveillance n’empêcheront pas la douleur et la détresse sur le moment. Mais sans doute permettront-elles un rétablissement plus rapide. Et surtout éviteront-elles le traumatisme de ces amoureux et amoureuses mal quittés, qui du coup ne veulent plus jamais aimer personne, et deviennent comme des grands brûlés de l’amour…

Message donc à celles et ceux qui partent : quitter l’autre avec honnêteté et humanité n’empêche pas le chagrin, mais préserve chez son ex la possibilité d’aimer encore. Ne rompez pas comme des nuls ! »

Manque de lecture...

Vous savez, le manque de lecture, c'est terrible... Ce ne sont pas les grands livres qu'on choisit, on choisit par affinité, et, quelquefois, on est bouleversé par un livre qu'on est seul à connaître. ( Les heures lentes - Henri Thomas )

Crédits

vendredi 28 juillet 2017

Nina Simone - I Wish I Knew How It Would Feel To Be

Un peu de douceur dans ce monde de brutes...

" Être exigeant est une règle de base. Être tolérant est un principe.
Veiller sur l’état de l’amitié est un devoir.
Penser à l’autre, savoir être présent quand il le faut, avoir les mots et les gestes qu’il faut, faire preuve de constance dans la fidélité, c’est cela l’amitié, et c’est rare." (Tahar Ben Jelloun - Éloge de l’amitié.)


Crédits
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...